Les Etudes de Santé

Le GUIDE de la PACES, distribué lors de votre inscription, vous donne beaucoup de renseignements concernant la PACES, la faculté, le Tutorat, les méthodologies, ou encore l'après PACES. Vous trouverez ici des informations complémentaires sur les différents cursus accessibles grâce à cette année.

NB : pour retrouver le guide de la paces : https://drive.google.com/open?id=0BxpsM8E7YILYcVkteTFBdEE2emM

 

Sommaire :

Médecine Maïeutique Odontologie Pharmacie Kiné
DFGSM2/DFGSM3 Les études La faculté La faculté Admission
L'externat Le métier La préclinique Les deux premiers cycles Les études
L'internat   La clinique Le troisième cycle Les débouchés
    Le troisième cycle L'internat  
      Les débouchés  

 


 

Médecine

La DFGSM2 (P2) / DFGSM3 (D1)

L’Enseignement laisse une place prépondérante aux matières dites fondamentales, surtout en 2ème année : Biochimie, Génétique, Biologie Cellulaire, Physiologie, Immunologie, Histologie, Anatomo-Pathologie, Pharmacologie… Cet enseignement est nécessaire pour la compréhension des maladies et de leurs mécanismes. Au fur et à mesure de la DFGSM2, et beaucoup plus en DFGSM3, l’étudiant suit un enseignement plus orienté médical, avec l’anatomie et la sémiologie (l’étude des signes cliniques), qui formeront la base essentielle à maîtriser pour évoluer en milieu hospitalier. L’enseignement est aussi divisé en Grands Systèmes : Cardio-Pulmonaire, Rénal, Digestif, Endocrinien, Reproducteur, Locomoteur, Neurologie, Hématologie-Immunologie, Maladies Infectieuses.

 

Les Stages constituent le premier contact de l’étudiant en médecine avec l’hôpital. Cela débute avec le stage d’initiation aux soins infirmiers d’une durée d’un mois, qui a lieu après les vacances de PACES, dans un service hospitalier choisi en fonction du classement de P1. Durant ce stage l’étudiant accompagne les aides-soignants et les infirmières, qui lui apprendront certains gestes techniques que les médecins se doivent de savoir pratiquer : prises de sang, perfusions, pansements, piqûres... Ce stage est une excellente approche du milieu hospitalier ainsi qu’une leçon d'humilité certaine (car bien que portant une blouse de médecin, tu es là pour apprendre).
Pendant la DFGSM2, l’étudiant est présent toute l’année dans les services hospitaliers, pour 2 demi-journées par semaine, pendant lesquelles, encadré par un chef de clinique assistant, il peut mettre en pratique les connaissances acquises en cours au lit du patient : le fameux Examen Clinique.
En DFGSM3, il se retrouve de nouveau en stage tout au long de l’année : au premier semestre, il suit un stage médico-technique une matinée par semaine, où il va de laboratoire en laboratoire découvrir le monde cellulaire et tissulaire ; et au second semestre, au rythme de 5 matinées par semaine, deux stages sont consacrés à l’apprentissage de l’examen du patient : une sorte de «pré-externat».

 

Ces deux années suivant la PACES exigent aussi un suivi sérieux et attentif des cours, il faut garder les méthodes de travail que l’étudiant assidu a acquises au cours de sa P1. Une différence tout de même : on ne passe plus un concours mais des examens, la sélection disparaît, mais réussir ses examens ne se fera pas sans travail. Tu es un médecin en devenir !

L’externat

- page en construction -

L’internat

 

L’internat dure de 3 ans (6 semestres) à 5 ans (10 semestres) en fonction des spécialités. Pendant son internat, l’interne a une fonction de prescripteur dans les services. Il gère la continuité des soins en relation avec les médecins seniors. Il apprend aussi sa future spécialité (à noter que la médecine générale est maintenant considérée comme une spécialité).

 

La spécialité finale est choisie en fonction de son classement à l'ENC en fin d'externat. L’internat reste une période d’études bien que ce soit un plein temps à l’hôpital avec des gardes ! Des travaux personnels de recherche sont souvent demandés, ainsi que la rédaction du mémoire de fin de DES et la préparation de la Thèse !

 


 

Maïeutique

Les études de sage-femme

L'école de Baudelocque se situe normalement dans la maternité Port-Royal (123 bd Port-Royal 75014 Paris). En raison de travaux dans l'enceinte de la maternité (reconstruction totale de celle-ci pour être exacte), le siège de l'école se situe à l’hôpital Saint Vincent de Paul (82, avenue Denfert-Rochereau 75014 Paris), tandis que les cours des 4 années sont répartis principalement sur les sites de l’hôpital Saint Vincent de Paul, Cochin, et la faculté de médecine de Paris V (site Cochin).

Le recrutement des élèves se fait à Cochin, Lariboisière-Bichat et Bobigny formant une classe d'une trentaine de personnes. Les études de sage-femme (SF) durent 4 ans après la PAES et sont séparés en 2 phases de 2 ans. La première phase est orientée sur le suivi des grossesses normales et la pratique des accouchements (dés la fin de la 1ere année) ainsi que la prévention avec environ 27 semaines de cours et 54 semaines de stage. La deuxième phase est davantage orientée sur la pathologie avec 24 semaines de cours et 51 semaines de stage. Les stages sont rémunérés à partir de la deuxième phase : environ 100 euros en troisième année puis 200 euros en quatrième année par mois. Les enseignements théoriques et cliniques sont organisés en alternance d'en général 3 semaines de cours / 3 semaines de stage (chaque année 15 semaines de cours 27 semaines de stage). La présence en cours et en stage est obligatoire.

Chaque promotion a une enseignante ST de référence, ce qui assure un encadrement assez personnel aux élèves SF. Au sein de l'école, une petite bibliothèque ainsi qu'une salle pour prendre les repas sont mises à la disposition des élèves. Les élèves ont également accès à la BU de la faculté de médecine, ainsi qu'au réfectoire de l'hôpital. De plus le restaurant universitaire "Le Bullier" est à 2 minutes de l'école. 5 semaines de vacances sont réparties dans l'année ainsi que 6 semaines de vacances à répartir pendant l'été avec 6 semaines de stage. Les cours Les horaires de cours peuvent aller de 8h à 18h.

Les matières de la première phase sont les suivantes : SHS Obstétrique Embryologie Préparation à la naissance Gynécologie Pédiatrie Santé publique Droit, législation Anatomie, physiologie, microbiologie Recherche clinique Pathologie Pharmacologie Premiers secours
Les matières de la deuxième phase : SHS Obstétrique Préparation à la naissance Gynécologie, sexologie Pédiatrie Santé publique Droit, législation Recherche clinique Pharmacologie Anesthésie, réanimation Le contrôle des connaissances étant continu, le travail à la maison peut être assez important et doit être régulier. La charge de travail n'est donc pas à négliger bien qu'elle soit très différente de celle de PAES.

Les stages durent 3 semaines. Chaque année, 9 stages sont effectués. En première année 4 stages sont organisés dans des services de médecine et de chirurgie pour familiariser l'étudiante aux soins infirmiers et à la structure hospitalière. Tous les autres stages se font en maternité.
En première phase, les thèmes des stages sont les suivants : Services généraux adultes et enfants Grossesse physiologique Prise en charge globale mère/enfant Salle de naissance, maîtrise de l'accouchement normal Action prévention mère, enfant, famille
Pour la deuxième phase : Technique de réanimation Pathologie gynécologique Prise en charge des femmes enceintes y compris en exercice libéral Grossesse pathologique Salle de naissance, accouchement normal et pathologique nouveau-né prématuré ou pathologique Différentes formes d'exercices professionnels en plus d'un stage optionnel (le seul à trouver par l'ESF)

Les lieux de stage sont divers et sont situés essentiellement dans Paris ou la banlieue proche. Validation des études Des contrôles continus sont organisés durant les deux phases en théorie et en clinique. Les matières sont regroupées en unité (validation avec 8/20 ou 10/20). La fin de chaque phase est sanctionnée par une examen final (en plus de l'existence d'un rattrapage), un seul redoublement dans chaque phase est autorisé et la validation des stages obligatoire

En fin de quatrième année, le DE est délivré par l'UFR de médecine après des épreuves écrites, orales, clinique ainsi qu'un mémoire. Une clinique est un examen constitué d’un jury (sage-femme enseignante et sage-femme du service hospitalier et dans les dernière années, un obstétriciens) devant laquelle nous devons faire un examen clinique soit sur une femme (enceinte, hospitalisé, ou encore qui a acccouché) ou bien un nouveau-né, puis présenter son dossier médical et l’expliquer.

Le métier de sage-femme : une profession tournée vers la vie...

Du début de la grossesse, au jour J de la naissance et jusqu'aux jours suivants, la sage-femme est LA professionnelle de santé qui suivra au plus près les grossesses physiologiques.

Elle exerce son métier pour le suivi de la grossesse, l'accouchement et les suites de couche. Elle remplit son rôle médical tout d'abord en assumant le suivi des grossesses en consultations prénatales (examens, diagnostics, prescriptions...). Dans certains services, on peut aussi lui confier la responsabilité de l'hospitalisation des grossesses pathologiques (examens, prescriptions, liaison avec les obstétriciens). Puis, la sage-femme surveille le travail de la parturiente et le bien être foetal jusqu'à l'accouchement qu'elle pratique s'il n'y a pas recours à des manoeuvres ou des instruments (auquel cas elle fait appel à l'obstétricien). Elle s'assure de l'absence de complications obstétricales survenant après l'accouchement et de la parfaite adaptation de l'enfant.

S'il est nécessaire, la sage-femme doit entreprendre la réanimation du nouveau-né en attendant le relais de l'équipe pédiatrique. Dans les jours qui suivent, la sage-femme surveille l'état de santé de la femme et de son enfant, dans le but de dépister toute complication médicale et de permettre le retour à domicile.

Depuis peu, elle se voit aussi confier la visite post-natale. De par son implication tout au long de la grossesse, la sage-femme est aussi un acteur important de santé publique. Elle remplit alors un rôle d'information, d'éducation, de prévention, de conseil et d'orientation. Enfin, et à chaque instant si précieux pour la famille qui se forme, la sage-femme est aussi présente pour accompagner, écouter, et soutenir les parents dans leurs questionnements, leurs inquiétudes et leurs choix.

Les qualités requises : Sens des responsabilités, Rigueur, Organisation, Dynamisme, Sens relationnel et du contact, Gestion du stress et sang froid, résistance physique (roulement en 12h, jour, nuit, week-end) et psychologique (pas que du rose !) Travail en équipe (collaboration étroite et permanente avec les obstétriciens, anesthésistes, pédiatres, psychologues, services sociaux...)

Possibilités d'exercer : Hôpitaux publics, privés Milieu libéral A l'étranger (Europe, ONG, concours d'équivalence)

Services : PMA, Consultations prénatales, Echographies prénatales, Séances de préparation à la naissance, Grossesses pathologiques, Salle de naissance, Suites de couches, Néonatalogie, PMI (Protection Maternelle et Infantile)

Les évolutions possibles : DU (échographie, mécanique et techniques obstétricales, médecine naturelle, etc…) La recherche sera facilitée très prochainement (avec la réforme LMD) Cadre, formatrice (en suivant une formation à l’école des cadres à Dijon) Une vidéo pour une explication plus pratique : 7minutesf01 par tonimaltion

Département de Maïeutique

(Ancienne Ecole de sages-femmes de Poissy) de l’UFR des sciences de la Santé

 

I-Informations pratiques importantes

a.Vaccination OBLIGATOIRE : anticipation

 

Selon les différentes filières qui suivent la PACES, il est impératif de contrôler vos vaccinations obligatoires afin de pouvoir effectuer vos stages dès la rentrée prochaine. Vous ne pouvez pas attendre les résultats du second semestre car il sera trop tard pour envisager la procédure standard et espérer qu’elle soit efficace. Alors que vous soyez classés, à la limite, que votre volonté et votre motivation restent intactes ou pas… on ne sait jamais à quoi s’attendre avec ce concours !

 

  • Renseignez-vous dès à présent auprès de votre médecin généraliste, avant que vous ne retourniez dans la spirale du concours et préparez ainsi votre « sac d’immunité » pour votre future rentrée au sein de votre filière !

 

Modalités du vaccin de l’Hépatite B : 2 injections à 1 mois d'intervalle, suivies d'une troisième 6 mois après la première injection. De plus, une sérologie doit être effectuée 1 mois après la dernière injection afin de vérifier l’efficacité de la vaccination.

 

A l’issue des résultats, vous recevrez une convocation pour la visite médicale qui vous délivrera votre certificat d’aptitude pour votre mise en stage à la lecture des justificatifs de vos vaccinations.

 

b.Renoncement à l’issue des résultats

Il est très important de faire part le plus tôt possible de votre désistement si cela arrive. Si vous ne le faites pas cela empêche à un autre étudiant d’entrer dans la filière en temps et en heure tant que votre désistement n’a pas été clairement délibéré (avant l’été).

  • Restez donc disponible et en contact avec la faculté avant l’été afin de les informer et de recevoir confirmation de votre désistement ! Pensez à l’autre étudiant qui rêve de prendre votre place…

 

  • Où se situe l’établissement?

 

L’école a déménagé, elle ne se situe plus à Poissy. En effet, il s’agit à présent d’un Département de Maïeutique au sein de l’UFR des sciences de la santé dans le bâtiment Simone Veil à Saint-Quentin-en-Yvelines. Nous sommes donc toujours dans le département des Yvelines…mais plus au sud !

 

A vous étudiants de P7, dont nombreux d’entre vous n’ont jamais mis le pied en dehors de la capitale, réflechissez à votre futur trajet et la nécessité ou non d’un plan logement !

 

La répartition des cours se fait sur le site de l’UFR des sciences de la santé dans le bâtiment Simone Veil.

 

Concernant les stages, ils s’effectuent dans toute l’Ile de France avec pour référence le CH Intercommunal de Poissy-St-Germain en Laye (la maternité est à Poissy). Les lieux de stages sont mutualisés avec les autres écoles de sage-femme, vous serez donc amené à rencontrer les étudiants des autres écoles sur vos lieux de stages. Ils sont également mutualisés avec des étudiant(e)s infirmier(e)s, des étudiant(e)s en médecine…etc.

 

  • Il est nécessaire de prendre ces informations en compte afin de préparer au maximum ton arrivée.

 

Adresses et contacts :

 

UFR des Sciences de la Santé Simone Veil
2 avenue de la Source de la Bièvre
78180 Montigny-le-Bretonneux

www.uvsq.fr

Directrice :
Madame Christine Etchemendigaray 
Tél. : 01 70 42 93 10 (scolarité)
catherine.le-dantec@uvsq.fr

romain.doulle@uvsq.fr

 

                                                                                                                                                                 

  • Le déroulement des études et de la formation ?

 

Le diplôme d'Etat conférant le grade de master est délivré par le Président de l'UVSQ.
La durée des études est de 5 ans, l'année de PACES correspond à la 1ère année d’études.

Durant ces 4 années d’études au département de Maïeutique, un suivi pédagogique est dispensé par un(e) enseignant(e) SF pour assurer au bon déroulement des études de l’étudiant.

Le numérus classus est de 35 : soit 18 étudiants venant de l’UVSQ et 17 étudiants venant de PARIS 7.

 

 

COURS

STAGES

Deuxième année

Premier semestre : commun avec les L3 médecine à part UE Santé publique

Second semestre : UE génétique commune avec les L3 médecine

Partiels

Premier semestre :

Stage en soins infirmiers de 4 semaines

 

Second semestre :

Stage en SDC* 4 semaines et SDN** 2 semaines

Troisième année

Contrôle continu

24 semaines de stages

14 semaines de cours

Répartis en 6 stages différents

Quatrième année

Contrôle continu

24 semaines de stages

14 semaines de cours

Répartis en 6 stages différents

Cinquième année

Contrôle continu

32 semaines de stages

8 semaines de cours

Un stage

*SDC : suites de couches ; **SDN : salle de naissance

 

 

  • Et la vie étudiante ?

 

  • Le BDE : AESFPO

Le BDE des sages-femmes de l’Université de Saint-Quentin-en Yvelines porte le nom de l’AESFPO (Association des Etudiants Sages-femmes de Paris Ouest).

Il vous proposera et organisera de nombreux évènements tels que le week-end d’intégration, un Gala des Quatre écoles de Sage-femme d’Ile de France, des soirées étudiantes, des conférences aux sujets variés. Nous avons eu par exemple l’honneur de recevoir Béatrice Idiard Chamois qui a mené une formidable conférence sur le handicap et parentalité.

Des actions solidaires sont aussi organisées comme le Téléthon, l’Hôpital des Nounours…etc.

Les BDE des quatre écoles de sages-femmes (Foch, Paris Saint Antoine et Baudelocque) se mettent en relation pour organiser certains évènements : c’est alors l’occasion de rencontrer les autres étudiants en dehors des stages !

 

Ce bureau est bien évidement constitué d’étudiants de L2 à M2 et est donc ouvert à tous les futurs étudiants désirant jouer un rôle et avoir un impact dans la vie associative !

 

Le lien vers notre site : http://aesfpo.jimdo.com/

 

  • Bureau pédagogique

Les étudiants ont aussi leurs mots à dire !

 

Qu’est-ce que le bureau pédagogique ?

Il s’agit de l’ensemble des enseignants, de la directrice, de la scolarité ainsi que 2 étudiants titulaires avec leurs suppléantes ayant un mandat de 2 ans. Lors de ces réunions, les élèves sont les porte-paroles de l’ensemble des étudiants afin de faire remonter les remarques, les suggestions sur la formation de sage-femme au sein du département de maïeutique et prendre part aux décisions.

 

  • Conseil de gestion du département

 

Les étudiants élus au bureau pédagogique doivent également assister au conseil de gestion du département, c'est une réunion qui a lieu à la rentrée 1 fois par an. Ce conseil de gestion du département réuni l’équipe qui englobe l’UFR de santé de l’UVSQ qui est l’équipe du département maïeutique mais aussi celle de médecine. Ils débattent sur les grandes réformes concernant les orientations importantes du Département sur le plan de la pédagogie, de l’organisation et de la gestion.

 

  • L’ANESF : Association nationale des étudiants Sages-Femmes

 

Pour terminer, un mot sur l’ANESF. L’Anesf, est l’unique organe représentatif des étudiants sages-femmes. Créée en 1987, elle représente aujourd’hui 4000 étudiants : elle est composée d’un réseau de 33 associations actives sur les 35 structures de formations existantes.

 

Nous vous invitons à visiter leur site lors d’une pause rêverie ou lorsque vous aurez votre place en maïeutique quel que soit l’établissement : www.anesf.com

 

 


 

Odontologie (dentaire)

L'ensemble de l'équipe du Tutorat remercie Laura Douchy et Jing Han pour leur travail sur ce texte.

La faculté

La faculté d'odontologie de Paris 7 se situe dans le 6ème arrondissement, au milieu du quartier latin, à deux pas de l'église Saint-Sulpice. On y accède par les lignes 4 et 10 du métro. Juste à côté du Luxembourg, on a également accès au Crous Mabillon, à de nombreux petits restaurants et boutiques. On y trouve deux amphithéâtres (tout juste rénovés), une bibliothèque (98 places), plusieurs salles de TP, un laboratoire ouvert toute la journée pour s'entraîner aux travaux pratiques, et une salle réservée aux étudiants, dépendante de l'AEG (Association Etudiante de Garancière). L'ambiance dans la fac est très conviviale, la promo de P2 est composée d'environ une centaine d'étudiants qui proviennent de P6, P7, P11, P12, P13 ainsi que PIFO. L'AEG s'occupe de l'organisation des activités étudiantes (WEI, soirées...), des ronéos, mais aussi des commandes de tout le matériel nécessaire pour les travaux pratiques (contre-angles, dents d'entrainement...).

Les années pré-cliniques (P2 - D1)

La deuxième année Le stage infirmier : comme pour les études de médecine, c'est un stage d'un mois de la fin août à la fin septembre, qui permet un premier aperçu du monde hospitalier, et l'acquisition de certains gestes infirmiers (prise de sang, ECG, préparation de transfusion...). A priori, à Garancière, il n'y a aucun stage en P2 (dommage...). Enseignement théorique : On y trouve des matières fondamentales qui serviront de base à la compréhension des pathologies et de leurs thérapeutiques, mais aussi des matières cliniques: Les matières fondamentales reprennent les cours de spé odonto de PACES : histologie, BCBG (biocell, biochimie et génétique ... Quelle classe !), et abordent de nouvelles notions : anatomie dentaire, anatomie cervico-céphalique, biomatériau, immunologie, sémiologie, physiologie, santé orale, santé publique et biophysique. Enseignement clinique : odontologie conservatrice, prothèse adjointe et prothèse fixée.... Enseignement pratique En moyenne , il y a 3 tp de 3h par semaine qui prennent presque autant de temps que les cours en amphi. La présence est obligatoire. Ils se rapportent aux enseignements cliniques. La validation de ces tp est nécessaire pour passer à l'année supérieure ( il faut avoir 10 de moyenne!). Ils permettent de comprendre le travail du prothésiste, et les techniques de traitement des lésions présentent sur les dents. Ne vous inquiétez pas si vous n'êtes pas très manuels, on y arrive tous avec l'entrainement ;) UE libre : en p2 , une UE est au choix parmi droit-éthique, informatique, sociologie et UE master (qui peut mener à un cursus de recherche). La troisième année Elle est plus difficile à valider car l'année suivante on va commencer à soigner des vrais patients à l'hôpital. L'année est également composée d'enseignements théoriques et cliniques, mais en plus les tp se font sur des simulateurs (le fameux fantôme é.è) ! Les cours d'anglais En P2 , on a environ 24h de cours durant toute l'année (1h par semaine au premier semestre et 1h toutes les deux semaines au second semestre). Il y a un partiel à la fin de chaque semestre, et une présentation orale en fin de D1. * à noter qu'il existe une passerelle entre medecine , pharma et dentaire en fin de D1 pour entrer en 2ème année (par exemple : fin de D1 medecine => P2 dentaire ou vice versa), par contre les places sont très limitées et difficiles à obtenir.

Les années cliniques (D2 - D3)

On peut enfin soigner de vrais patients ! Le stage se déroule à l'hôpital Rothschild en D2 et à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière en D3. On passe environ 4 demi-journées par semaine à l'hôpital pour pratiquer certains soins. On est rémunéré comme des externes en médecine (environ 100€ par mois). En fin de D3 , il faut valider le CSCT (Certificat de Synthèse Clinique et Thérapeutique). Ce diplôme est indispensable pour continuer ses études, et dès son obtention, on pourra commencer à faire des remplacements en cabinet.

Le troisième cycle

Cycle court (T1) Il dure un an et prépare à l'exercice autonome de la profession. Il se termine par la soutenance de la thèse en vue de l'obtention du Diplôme d'Etat de Docteur en chirurgie dentaire. C'est lui (ainsi que la validation de la T1) qui autorise l'exercice de la profession. Cycle long (internat) Ce 3ème cycle commence par le concours national de l'internat extrêmement séléctif (ssssssélection è.é). Ce concours donne accès à 3 filières qualifiantes que sont : chirurgie orale (4 ans), orthopédie dento-faciale (orthodontie: 3 ans), et médecine bucco-dentaire (3 ans). Si vous ne voulez pas passer par l'internat , il existe toujours des formations qui permettent de se spécialiser. schema etudes

 


 

Pharmacie

La faculté de pharmacie René Descartes

Les études de pharmacie se déroulent sur le site de l'Observatoire à Paris Descartes. La faculté, bâtiment historique, est situé en plein quartier latin, au sud du jardin du Luxembourg et contient pas moins de 6 amphithéâtres, un jardin botanique, une trentaine de laboratoires de recherche et de travaux pratiques. A proximité, de nombreuses facultés, des restau' CROUS, et tous les commerces et restaurants du quartier, bars y compris. On y accède par le RER B luxembourg, les lignes 12 et 4.

La vie étudiante en pharmacie est très animée, avec un folklore particulier à découvrir et plus de 9 associations qui rythment le quotidien de l'étudiant à travers de nombreux évènements et divers projets pour tous les goûts. la CEPPV (corporation des étudiants de pharma paris V, dit "corpo") : voilà l'association centrale, qui s'occupe de la représentation des étudiants auprès de l'administration de la faculté, mais également au niveau national à travers l'ANEPF (Association Nationale des Etudiants de Pharma de France), organise la vente de polycopiés, ronéos et matériel de laboratoire indispensable pour les cours. Ils sont aussi à l'origine du WEI, le week-end d'intégration, LE moment à ne pas manquer! la SEPPV (Solidarité Etudiante de Pharmacie Paris V) : elle organise chaque année le téléthon et le sidaction au sein de la fac dans un cadre festif et joyeux, avec des animations ludiques afin de récolter des fonds. Elle propose également des cours de Langue des Signes Français LSF. PPV (Pharma Paris V) : cette association s'est spécialisée dans l'évènementiel. Elle organise de nombreuses soirées, mais surtout le fameux ski après les premiers partiels ! l'ASPPV (Amicale Sportive) : l'association sportive de la fac, du moins parait-il... La seule discipline régulière et connue de cette association consiste en vider des bouteilles (de jus d'orange évidemment). le labo photo : l'association des passionnés de la photographie, débutants ou non. Au menu, un local équipé d'une chambre noire, photos argentiques, le calendrier du téléthon (où posent les étudiants, hé hé !), tous les évènements étudiants, soirées comprises, couvertes par les photographes pour s'en souvenir... pharmazik : la formation musicale de la fac, qui présente pas moins de 4 concerts l'année, lors du téléthon, du GALA, du festival culturel, de la fête de la musique... Huma pharma : association humanitaire, elle propose de nombreuses missions : la mission K'die, qui consiste à établir des liens avec des sans abris et gens défavorisés autour d'une distribution de pains, et de boissons ; la mission Sensib', afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de l'alcool et la drogue ; le festival culturel, une semaine de festivité articulé autour d'un thème dans la fac avec animations, crêpes, boissons ; l'hôpital des nounours, pour apprendre aux enfants de façon ludique et éducative le parcours de santé et dédramatiser l'effet blouse blanche ; la mission Madag', une mission à l'étranger à l'hôpital de Tuléar (Madagascar) pour développer la prévention et promouvoir l'hygiène. pharmacomédie : association de théâtre, qui présente plusieurs pièces par an, ouverte à tous, expérimentés ou non. ALEE (Association de Liaison Etudiant-Entreprise) : spécialisée dans la filière industrie, elle a pour but d'aider les étudiants à mieux s'insérer dans la vie professionnelle au moyen de journée de simulation d'entretien d'embauche, de forum de profession pharmaceutiques, visite de laboratoire, atelier de rédaction/correction de CV. Elle organise également le Gala chaque année, l'évènement où pour une fois tout le monde se met sur son 31 !

Les deux premiers cycles (2e - 4e année)

Le premier cycle s'achève avec la L2 pharmacie. Celle-ci s'effectue en deux semestres, de début septembre à mi-mai. La deuxième partie de Mai et tout le mois de Juin est occupée par le pré-stage (1 semaine) et le stage (6 semaines) d'initiation officinale. La 2ème année est dans la continuité de la PAES, avec un programme chargé et plutôt fondamental: 10 UEs à valider, avec une moyenne minimale de 10 par semestre et de 8 par UE pour éviter les rattrapages. Premier semestre se répartit entre matières scientifiques (optique, spectroscopie, thermodynamique, mathématiques, statistiques, informatique) et médicales/pharmaceutiques(physiologie, génétique, hématologie, immunologie, galénique). Le deuxième semestre se partage entre chimie (analytique, inorganique, organique, thérapeutique) et biologie (végétale, bactériologique, virale, animale, parasitaire, génétique évolutive, cellulaire, biochimie). La pharmacognosie et la pharmacocinétique donnant un premier aperçu des matières pharmaceutiques qui nous attendent dans les années suivantes. Le stage d'initiation officinale a pour but de faire découvrir le monde de l'officine, c'est à dire l'apprentissage de différentes tâches, du déballage et rangement des commandes à la reconnaissance des plantes et des produits chimiques. Il doit être validé au sein de l'UE 10 avec l'anglais pour pouvoir passer en L3. L'étudiant est ensuite libre de travailler en officine. Pour les étudiants motivé et avec une certaine maturité concernant leur orientation vers la recherche, la 2ème année est aussi l'occasion d'intégrer un double-cursus recherche, ceux-ci présentant une sélection: pharma-science, école de l'Inserm et second concours de l'ENS (Paris et Lyon). A partir du 2e cycle les études de pharmacie sont en réforme et susceptibles de changements importants ! Le 2e cycle est composé de la 3e et de la 4e année de pharmacie, qui se font à temps plein au sein de la faculté. Les matières y sont essentiellement pharmaceutiques (pharmacologie, pharmacocinétique, toxicologie) et médicales (immunologie, microbiologie, santé publique). Le 2e cycle présente 2 moyen de commencer sa spécialisation avec d'une part les UEP, préparant aux filières officine, industrie et internat ; et d'autres part le choix d'un master 1 santé indispensable pour la filière industrie et recommandé pour l'internat dans l'objectif d'un poste hospitalier à responsabilité. 2 stages d'une semaine d'applications sont prévus chaque année en officine, augmentant les responsabilités de l'étudiant: première approche de l'observance, analyser une ordonnance...

Le troisième cycle (5e et 6e année et choix des filières)

L'entrée en 5ème année commence par le choix d'une des 3 filières (officine, industrie, internat). La 5ème année garde un socle de cours communs reposant sur l'étude des pathologies et de la pharmacie clinique. De plus elle est dite hospitalo-universitaire, toutes les matinées se font à l'hôpital, où le pharmacien a de nombreux rôles dédiés. Offine: en 5A, cours spécifiques, en 6A stage de 6 mois + cours de préparation à la pratique officinale. L'année est validée lorsqu'est fait la thèse d'exercice aboutissant au doctorat de pharmacie, indispensable pour posséder son officine. Industrie: en 5ème année, choix d'une spécialité avec sélection sur CV, Lettre de Motivation et entretien. Aucun cours dans cette spécialité n'a lieu durant cette année, elle détermine juste la ligne directrice du stage de 3/4 mois en laboratoire pharmaceutique. De plus, durant cette 5A, il y a des cours d'indus ("Production, Qualité et Vigilance" et "Médicament") où différents industriels interviennent. Il y a également un gros projet qui se fait par groupe de 30 personnes, l'étude de cas. Vers octobre, les prof donnent 3 molécules en cours de développement et nous devons former 3 groupes et monter une start-up autour d'une de ces molécules (projet sur 4/5 mois). Pour la 6A, passage d'un master 2 déterminé par la spécialité de 5A. Pour la plupart des masters, les cours se déroulent de septembre à décembre et ensuite à partir de janvier, stage. L’internat est une des 3 filières de spécialisation accessible en fin de 5ème année. L’accès à la filière se fait sur concours. Il s’agit d’un concours national avec un nombre de place plutôt limité ce qui implique une préparation sérieuse (à la manière de la P1, de l’internat de médecine et bien d’autres).

L'internat

Il s’effectue sur une période de 4 ans au cours de laquelle vous suivrez vos études en ayant une activité professionnelle à l’hôpital. Vous aurez alors le statut «d’interne en pharmacie» et pour ceux que ça pourrait intéresser le salaire moyen est d’environ 1800€/mois. L’internat offre des débouchés nombreux et variés : laboratoire d’analyses médicales, enseignement et recherche, industrie pharmaceutique, administration (Agence du médicament entre autre) etc. A la fin de votre cursus (et sous réserve de validation de votre thèse), vous deviendrez titulaire du diplôme d’études spécialisées (ou DES). Il existe 3 diplômes différents choisis selon le classement à l'internat : DES de biologie médicale : cette formation vous permettra d’acquérir des compétences dans le diagnostic médical et d’aider le clinicien dans le choix du traitement (en contrôlant par exemple le taux de CD4 dans le sang d’un patient atteint du VIH). Parmi les différentes matières enseignées on retrouve par exemple l’immunologie, l’hématologie, la parasitologie etc. C’est une voie qui s’écarte un peu du médicament en tant que tel mais qui se rapproche des matières biologiques. En suivant cet enseignement, vous pourrez devenir biologiste dans les labos d’analyses médicales. DES de pharmacie hospitalière : l’enseignement est très varié et s’inscrit davantage dans le monde du médicament puisque le pharmacien hospitalier exerce un métier en relation directe avec la chaîne du médicament (que ce soit au niveau clinique, économique, industriel, mais aussi ce qui concerne la vigilance, les contrôles etc.). Ce diplôme procure un spectre large de débouchés à savoir le travail en hôpital, à l’industrie ou les deux puisque bien souvent le pharmacien hospitalier travaille en étroite collaboration avec l’industrie pharmaceutique. DES d’innovation pharmaceutique et recherche (« IPR ») : cette formation s’adresse à ceux qui souhaiteraient faire des carrières de recherche et d’enseignement dans divers domaines de la biologie et des sciences pharmaceutiques mais aussi dans d’autres domaines plus larges (par exemple la génétique). Il est également possible, par le biais de ce DES, de s'orienter vers une carrière industrielle. Il est à noter toutefois que cette voie nécessite une grande motivation ainsi que des capacités de réflexions bien développées. En définitive, l’internat semble être une filière intéressante pour les étudiants motivés qui sont prêts à rallonger leurs études et à réviser un peu plus que les autres mais aussi pour ceux qui ne seraient pas trop décidés sur ce qu’ils veulent faire plus tard puisque les débouchés sont très variés. Il n’est pas rare non plus de voir des étudiants désirant travailler dans l’industrie choisir la filière de l’internat car celle-ci leur offre des compétences supplémentaires qui ne sont pas forcément proposées dans la filière industrielle.

Les débouchés

La pharmacie est la voie du domaine de la santé offrant les débouchés les plus variés : un pharmacien aura de biens meilleures connaissances sur le médicament que le médecin, aura un niveau à peu près équivalent sur les pathologies, tout en esquivant la partie diagnostic ! Officine, industrie (pharmaceutique où les pharmaciens ont presque tout les postes, mais aussi cosmétiques, agroalimentaires), hôpital, laboratoires de recherche ou d'analyse. Si vous aimez la chimie et la biologie plus que l'anatomie et l'histologie, les études de pharmacie vous ouvrent un chemin qui vous laissera encore quelques années pour choisir votre lieu de travail. Pour toute remarque, question, ou incompréhension, allez sur le sujet dédié du forum.

 


 

Kiné

L'ensemble de l'équipe du Tutorat remercie Fanny Leparoux pour son travail sur ce texte.

Les voies d’admission

En plus de la PACES, il faut savoir que les études de kiné sont accessibles par d’autres voies aux niveaux de sélection disparates : Concours PCB (Physique Chimie Biologie), accessible après le bac, qui se prépare dans des prépas spécialisées mais privées (donc autour de 7000 ou 8000 euros par an pour les parisiennes). Chaque école propose un concours sur un programme commun, c’est à dire que vous pouvez présenter autant d’écoles que vous le voulez, mais cela veut aussi dire que les concours ont lieu partout en France. La grande majorité est privée donc payante, entre 5000 et 8000 euros par an. Le taux de réussite est autour de 5%, mais le niveau est, de ce qu’on m’a dit, plus accessible qu’en p1 (surtout après être passé par une p1 !). L1 STAPS, seulement dans certaines fac (Bobigny, Créteil, Orsay mais attention les partenariats peuvent être supprimés d’une année sur l’autre, il faut bien se renseigner au moment de l’inscription) avec une option qui permet de préparer un concours en fin de L1. C’est une voie très peu connue et donc celle où la sélection est la moins forte (autour de 16% de réussite). Après un diplôme paramédical ou après un Master STAPS : l’admission se fait sur dossier puis les candidats sont en auditeur libre : ils suivent les cours de K1 pendant l’année avec les admis de PACES et L1 STAPS, mais ne passent que les rattrapages. Seulement les places sont très limitées (2 pour les paramédicaux et 1 pour les Master STAPS), donc seul les 3 personnes qui auront obtenu les meilleures notes aux rattrapages auront leur place en K2... Figurer sur la liste nationale des sportifs de haut niveau, 10 places leur sont réservées chaque année après une sélection sur dossier et un entretien. Bon si vous vous mettez au sport maintenant, ça ne va pas être la voie la plus rapide ! L’École Nationale de Kinésithérapie et de Rééducation (ENKRE) Elle se situe à Saint Maurice, dans le 94. L’école est assez excentrée, on y accède par la ligne 8 (station Charenton écoles) puis par le bus 111. C’est une des très rares écoles publiques de kiné, les frais de scolarité seront donc identiques à ceux d’une inscription en fac (450 euro cette année). La vie étudiante est digne de celle que vous ont promis ces p2 qui vous ont tant fait rager pendant votre/vos P1 : un BDE qui vous concocte un WEI, des soirées tous les mois (qui regroupent toutes les écoles d’ile de France), des plus petites soirées après les partiels ou tout autre évènement qui mérite d’être fêté, des évènements sportifs ou solidaires (participation au téléthon, masser les coureurs du marathon de paris...) et surtout la spécificité des études de kiné : les IKE (Inter Kiné – Ergo). C’est un week-end « sportif », où s’affrontent la journée toutes les écoles de kiné et ergo de France, Suisse et Belgique au cours d’épreuves sportives (foot, volley, rugby, cross, caps...) et se retrouvent le soir pour fêter les victoires et oublier les défaites (plus d’infos -> http://www.majike.fr/).

Les études

Une fois passée l’année de préparation au concours d’entrée, les études se déroulent en 3 ans (peut être bientôt 4, voir le paragraphe sur la réforme), et se terminent par le passage du Diplôme d’Etat, qui consiste en la soutenance d’un mémoire sur un sujet choisi, préparé et rédigé pendant l’année. Le programme de la première année est divisé en 4 modules : M1 : Anatomie, cinésiologie, biomécanique M2 : Physiologie M3 : Pathologie médicale, psychologie, santé publique M4 : Technologie Le module 4 est en fait celui qui vous apprendra la pratique du métier, il est divisé en Kiné Passive (mobilisation des articulations, étirements), Kiné Active (travail des muscles de façon analytique ou en association), examen du sujet (ensemble des bilans qui permettent le diagnostic), anatomie palpatoire, massage, drainage lymphatique manuel (technique qui permet de réduire les oedèmes suite par exemple à un cancer du sein)... Il est donc partagé entre la théorie en amphi et la plus grosse partie : la pratique en TP. Le programme de la 2ème et de la 3ème année est réparti de la sorte : M1 : Technologie M2 : Pathologie, psychologie, sociologie M3 : Traumatologie M4 : Neurologie M5 : Rhumatologie M6 : Cardiologie M7 : Pneumologie M8 : Gériatrie, médecine, chirurgie M9 : Orthopédie infantile M10 : Ergonomie, prévention M11 : Kinésithérapie du sport M12 : Législation, déontologie En ce qui concerne le volume horaire, il est assez conséquent, mais surtout aléatoire. Autrement dit, tout job étudiant régulier en semaine est très difficilement conciliable, les cours pouvant terminer parfois à 20h, les emploi du temps pouvant être distribués le vendredi pour le lundi, et parfois modifiés en cours de semaine... Seuls les TP sont obligatoires, les cours en amphi vivement conseillés. L’évaluation se fait par trimestre, à l’écrit pour toutes les matières, et par des oraux pour la pratique et l’anatomie, ce qui demande un travail assez régulier. Les rattrapages sont en juin, autrement dit il ne faut pas compter sur les vacances pour bosser une matière volontairement laissée de côté pendant l’année ! Les stages sont répartis sur tout le cursus, ils durent entre un mois et 6 semaines : stage d’initiation de 2 semaines en K1 et 2 semaines en juin en cabinet libéral pour la K2 : juillet ou aout, puis en octobre, février et mai pour la K3 : juillet ou aout, puis septembre/octobre, mars puis juin en cabinet libéral À chaque stage, les étudiants changent de service et d’hôpital, de façon à balayer un maximum des champs cliniques de la kiné, avec la possibilité de faire ses stages en province, sous réserve de trouver son stage et son logement soi même. Le kiné peut intervenir dans presque tous les services : à la fois en traumatologie et orthopédie mais aussi en réanimation, en neurologie, en rhumato, en pédiatrie, en néonat, en uro-gynéco...ce qui fait la diversité du métier. Il n’existe pas de système de ronéo, mais le BDE met à disposition de chaque promo une clé usb contenant tous les cours de l’année précédente, et certains profs mettent leurs cours en ligne. La réforme Elle permettra une équivalence avec les diplômes européens et la reconnaissance des études au niveau M1, alors qu’elles étaient reconnues jusqu’à présent comme bac+2 (oui oui, pour le ministère de la santé, 1an de P1+3ans d’école = 2 ans d’études... il n’y a qu’eux que ça ne choque pas !). Le but est de rajouter une année de spécialisation pour obtenir un diplôme de niveau Master, et d’ouvrir la voie sur la recherche et sur de nouvelles passerelles. La réforme a aussi pour ambition de supprimer à terme les voies d’admissions via STAPS et concours PCB et de tout centraliser sur la PACES. Le texte de loi a été rédigé en novembre 2011, on attend maintenant que les autorités se mettent d’accord et le signent...

Les débouchés

Poursuivre ses études par un master puis doctorat de biomécanique, pour faire de la recherche ou de l’enseignement (2 ou 5 ans) par un M2 d’enseignement (1an) par des DU (Diplômes universitaires, la plupart en 2 ans) qui permettent de se spécialiser : anatomie (essentiellement pour devenir prof d’anat), pneumologie, pédiatrie, neurologie, kiné du sport... par différents masters « Vieillissement, dépendance et handicap » (2ans), ou encore « Contrôle moteur » avec la possibilité de travailler dans la recherche en suite par le diplôme d’ostéo, en 2 ou 5 ans en fonction des écoles qui proposent des séminaires permettant d’alterner entre exercice et études (4 mois de cours chaque année, ou 1 semaine de cours par mois) La liste est amenée à être allongée grâce à la réforme. Se spécialiser Un nombre important de spécialités sont disponibles une fois le diplôme obtenu, elles s’acquièrent par des séminaires dispensés par des instituts privés ou des diplômes universitaires par la fac : thérapie manuelle kiné du sport drainage lymphatique pédiatrie fasciathérapie thérapie neuro-dynamique rachialgies ... Exercer Une fois le diplôme obtenu, la plupart des étudiants font des remplacements, qui permettent de choisir entre le libéral et le salariat, les spécialités et l’endroit où on va s’installer. En libéral : comme 90% des kinés, on reçoit des patients de tout âge et de toute pathologie, à la différence de l’hôpital où le kiné est souvent sur un ou plusieurs services où les pathologies se répètent. En salariat : dans des centres de rééducation, à l’hôpital, au sein d’équipements sportifs... avec la possibilité d’alterner avec un poste dans l’enseignement. Dans l’humanitaire : avec Médecins du Monde, Kinés du monde, Handicap international... Dans la recherche, souvent à mi-temps avec un salariat, un cabinet ou de l’enseignement. N’hésitez pas à poser vos questions ou remarques sur le sujet dédié du forum.